CR du Triathlon de Doussard 2018

Bonjour, je me présente Dorothée Ravatin, j'ai découvert le triathlon à l’âge de 44 ans. Et bien voilà, 5 ans plus tard je me lance dans la découverte du format L. Un copain m’avait dit il y a 2 ans, n’attend pas d’avoir 50 ans pour faire du long, c’est bon je suis dans les temps (à un an prêt). Ce qui est bien, c’est qu’entre la météo capricieuse du mois de mai et les contraintes de boulot, je n’arrive pas surentrainée… Objectif le plus optimiste pour moi 6h15 d’effort mais je prépare ma sacoche pour 6h30, objectif finir. Petite photo de mon ravito (merci aux experts de TRIALP Moirans pour les conseils) et merci à Noix et Noix de faire des barres aussi bonnes. Elles me suivent partout ces barres : en entrainement de ski de fond l’hiver, avant un entrainement de natation et bien sûr sur mon vélo. Voici la photo de ma petite pochette, les habitués reconnaitront mes 2 barres à gauche, une de chaque pour plus de plaisir ! Pour éviter une surcharge en glucide j’ai une partie de mon ravito en salé et comme je ne suis pas très acrobate sur mon vélo, je déballe mes barres avant de partir. Et ensuite, je les coupe en 2 ou 3, suivant l’intensité de l’effort. Elles fondent très bien en bouche et peuvent se manger à n’importe quel moment.

On est plus de 400 à prendre le départ mais il y a de la place, jamais été gênée pour nager. C’est ma première sortie en lac cette saison, l’eau est super bonne (20 degrés) et je teste mes lunettes correctrices : c’est génial de voir les bouées et les repères du paysage comme il faut JDu coup je n’ai pas trop dévié : 2000m de fait au lieu des 1900m demandés, et en 39 min. Nickel, ça commence bien tout ce TRI. Au parc à vélo, je retrouve Cristelle et Eric ;  Seb nous rejoint peu de temps après. Cricri sort juste avant moi du parc mais fait un truc bizarre juste devant moi, bref sur le paquet de 4, je me retrouve en tête, ça ne va pas durer.

En démarrant le vélo, je rassure Lionel en passant, sa Cristelle n’est pas loin. Pour l’instant, je suis contente d’être là et je me fais plaisir. Au bout d’un moment, je me dis que j’ai dû faire une natation correcte car ça me double en vélo. Un peu trop quand même, moyen cool pour le moral mais c’est du faux plat et ce n’est pas là où je suis la plus efficace. Mais bon, je m’accroche. Ce qui me rassure, c’est que sur les rares côtes du parcours je suis à l’aise comme sur les TRI M et à l’issue du premier demi-tour, je me rends compte quand même qu’il y a du monde derrière moi, mais loin. J’amorce la grande descente « technique » super bien, personne pour m’embêter dans mes prises de virages, j’ai progressé, YES !
Après 3h de course, les automobilistes sont enfin chez eux et ça devient plus agréable de faire du vélo, mais aussi lassant. Personne devant, personne derrière, c’est dur de garder le mode compet activé. Alors je fais mes calculs et je me dis que peut être je vais faire ça en 6h au lieu de 6h30 et qu’il faut que j’attaque un peu plus mon ravito perso (et hop vite une barre aux Noix) si je veux avoir fini de manger tout ça 30min avant la CAP. Seule erreur stratégique, ne pas avoir repris de l’eau pour compléter un de mes bidons. J’ai assez mangé, bien réparti le sucré et le salé, repris un gel au magnésium 1h avant la fin du vélo mais pas assez bu sur le vélo. Mais bon, suivant les portions, je me remotive de temps en temps. Je commence à pédaler avec des gens de mon niveau, du coup si on me double, je me dis qu’il y a moyen de rester plus ou moins au contact visuel ( le drafting est interdit ). La dernière heure et demi  de vélo, je fais le yoyo avec le dossard 150 et on s’encourage mutuellement quand on se double. Je  le perds de vue un bon moment, puis je le redouble. Et vice versa.  Bref, il y a encore de l’énergie dans les jambes mais contente de poser le vélo. Ma montre dit que j’ai fait du 26km/h de moyenne et le site T2area.com me confirme que j’ai perdu plein de places en vélo :

Au passage de la ligne vélo, Muriel m’encourage. Elle le refera sur le parcours CAP, en temps qu’arbitre circulant à vélo. Ça c’était bien. Parce qu’on a eu à affronter les premières chaleurs de la saison. Du coup je me suis arrêtée à tous les ravitos pour boire (8 arrêts en tout avec les pauses pipi), m’asperger la tête, me rafraichir la nuque, le visage et les bras avec la « serpillère de Cublize ».

Les 4 premiers kilomètres n’ont pas été facile, pas à cause des jambes, mais à cause de la chaleur et du manque d’hydratation sur le vélo. J’apprends, j’apprends … rien pu avaler en CAP, sauf de la sportenine pour éviter les crampes.  Je finis le reste avec une foulée pas trop mal, mais vu que je m’arrête tous les 3km, ça ne fait pas une super moyenne au final : CAP à 10km/h. Grace aux encouragements d’inconnus sur la fin de parcours, j’arrive à faire les 2 derniers km vraiment bien car je me sentais capable d’aller chercher un chrono à moins de 6h. J’allonge, j’allonge et hop ca y est, c’est fait en 5h57. Premier triathlon L et je m’en sors pas si mal : 311 sur 419. Bravo à tous les potes de TRIALP qui ont tous fini devant moi et dommage pour Marc qui a crevé, ça sera pour une prochaine fois. Super organisation et chouette météo au final… Et encore merci à tous les copains et copines du club qui me conseillent/m’entrainent depuis 5 ans. Je ne pensais vraiment pas arriver à faire ce genre de truc un jour dans ma vie. Vivement la prochaine fois.

Voici la photo de ma petite pochette, les habitués reconnaitront mes 2 barres à gauche, une de chaque pour plus de plaisir !





Petite photo du lac au moment du retrait
des dossards
.
On est plus de 400 à prendre le départ





90 km à vélo







 


et 21 km de course à pied pour finir !

N'hésitez pas à transmettre un témoignage, une photo,  pour les partager ici

Mini Transat2017

Pour la Mini Transat, une course en solitaire de 4050 miles nautiques à bord d'un voilier de 6,50m Melchior Treillet a embarqué les barres de NOIX ET NOIX.
27 jours, 20h et 14 mn de navigation sur le plus petit bateau de course au large du monde.
Un grand grand bravo !
Récit de la course de Melchior






Benoît et Thibaut de Fend la bise ont testé nos barres,

 

 (Voir la video youtube)



Je rentre du Chili ou j'ai participé à une manche de coupe du monde et terminé à la 3ème place.
Les barres aux noix sont toujours aussi appréciées, surtout dans les moments difficiles !
Gaëtan - Avril 2016
RaidsAventure.fr



Nous avons participé au Raid In France
la semaine dernière. Nous avons terminé 5ème de cette coupe du monde.

Les barres aux noix sont très bien adaptées à ce type d'effort, et c'était un régal d'en avoir sous la main à tout moment de l'épreuve.
Longue vie à Noix & Noix !"
Gaëtan capitaine de l'équipe RaidsAventure.fr
septembre 2015

(Voir la video youtube)

Alexis Paris a conservé cette saison son titre
de champion Rhône-Alpes.
En 2014, il a également remporté de belles
classiques VTT tels que le Vélo Vert Festival
ou le Raid Vauban qui nécessite des qualités
d’endurance … et une alimentation adaptée
avant, pendant et après l’effort.
Alexis Paris fait partie du plus gros club formateur
de la région, Cyclisme Seyssins-Seyssinet, plus connu
sous le nom C2S. Depuis 2013, une structure de Haut
Niveau interne au club de C2S a été créée pour
permettre à des jeunes sportifs de haut-niveau
de bénéficier en complément du club,
d’une structure d’accompagnement
renforcé, d’un programme de formations et d’une aide
matérielle tout au long de la saison, afin de pouvoir
prendre part aux compétitions de haut-niveau :
le Team C2S VTT qui comprend à ce jour 6 membres
d’encadrement,12 pilotes dont 6 Elites.

Entretien
Alexis, comment t’alimentes-tu lors des courses VTT longue distance qui dépasse plus de 4 heures d’effort ?
Auparavant, j’avais l’habitude de m’alimenter avec des gels ou de simples barres énergétiques qu’on trouve communément dans les grandes surfaces. Mais après des problèmes digestifs à répétition et un manque de force en fin de course, j’ai choisi de modifier mon alimentation. J’ai trouvé dans les barres Noix et Noix un bon équilibre entre l’apport d’énergie et la facilité de digestion de ces barres BIO. Les barres Noix et Noix me permettent de garder le même rythme du départ jusqu’à l’arrivée sur des courses de VTT marathon, sans connaître d’hypoglycémie. Elles sont très digestes et se complètent très bien avec des pâtes de fruits ou des gels. J’apprécie tout particulièrement leur goût qui m’aide à garder le moral lorsque les jambes ne sont pas là. Lors d’efforts longs que je retrouve à la Trans-Maurienne (course à étape en VTT) ou au Vélo Vert Festival, il est primordial de se faire plaisir sur le vélo et gustativement parlant ! Elle m’apporte tout ce dont j’ai besoin durant la course et même durant la période de récupération.

Les utilises-tu aussi en Cross country Olympique ou le temps de course ne dépasse pas 1h30 ?
Cela m’arrive mais c’est plus rare. Dans ce cas-là, je préfère en prendre après la course, en guise de récupération et de récompense !

Tu utilises donc les barres Noix et Noix en course mais aussi après la course ?
La période de récupération qui suit une course ou un entraînement foncier éprouvant est particulièrement importante pour moi. Les barres Noix et Noix sont riches en oméga 3, un « bon gras » qui me permet de reconstituer mes réserves en glycogène. Ainsi je récupère plus vite et de
manière plus efficace. Je suis plus à même d’enchaîner les courses et les semaines d’entraînements intensives. J’utilise tout aussi bien les barres Noix et Noix durant les courses ou les entraînements fonciers à basse intensité où l’on tape dans les réserves. Depuis que j’utilise les barres Noix et Noix, je ne connais plus la fringale de fin de sortie !

Quels avantages vois-tu pour les barres Noix et Noix par rapport aux autres barres proposées sur le marché ?
En dehors de l’intérêt nutritionnel et du bon goût dont j’ai parlé précédemment, je trouve que c’est important qu’elles soient fabriquées localement et avec des produits certifiés BIO! L’alimentation est un facteur clé de la performance, particulièrement en VTT. En contrôlant ce que je mange je suis plus rassuré et je connais moins de problèmes de digestion en course. Je peux ainsi me focaliser sur mon effort. Et si jamais il faut communiquer avec les fabricants, c’est facile puisqu’ils sont à 45 minutes de chez moi !

Rapportées du bout du monde des images qui se passent de commentaires !

Avec la barre aux noix durant tout notre périple en Amérique du sud. Mette et Claude.
1- Salar de Copaisa. Bolivie 2-Bout du voyage Ushuaia .3-Carreterra Austral. Chili 4- Volcan Osorno. Chili
Jerôme Arpin dans la Voie Mazeaud ou Tsinant ou Lafond en face sud de l'aiguille du Midi fin août.

Courte pause dans la tempête
Barres aux noix bio.
Photo Gerard Creton - Norvège - Mars 2014



Jerôme Arpin, guide

"la barre est dans le sac !"


Kayak en Islande
Une barre aux noix pour tenir le cap !

 

Au bivouac du Nose - © Ph. Brass


Escalade dans les Jorasses