Une course à la noix – Jean Blancheteau

17 Juillet 2020, 23h50, le temps est nuageux à l’Alpes d’Huez.
Près de 350 coureurs, masqués, rentrent dans les sas de départ après s’être soigneusement passé les mains au gel hydro-alcoolique… C’est la première course post-Covid de France… L’an dernier un peu moins de 100 coureurs avaient fini les 88km de l’Oisans Trail Tour, cette année ce sera plus de 300, preuve que le contexte a attiré du monde. Positionné en première ligne, on voit que les coureurs bouillent d’en découdre après cette période sans course ! En attendant le départ je papote avec Renaud, un très bon coureur du Vercors, entre autres vainqueur de l’UT4M en 2017. Kevin nous rejoint, c’est un ami accro aux défis, comme son dernier, la Grande Traversée du Morvan en courant, soit 300km en trois jours. Il me raconte l’avoir refaite d’une traite en VTT la semaine dernière, ce n’était peut-être pas une bonne idée ! On verra ça…  Ça y est, le départ est donné !

Photo Cyrille Quintard

Nous partons très vite, tout le monde a de l’énergie à revendre. Nous sommes à près de 15km/h, il n’en sera pas de même à la fin ! Le ruban de lumière de nos lampes s’étale sur un sentier en balcon. D’ici nous pouvons voir les lumières d’Huez en contrebas. La température est douce et le ciel nuageux. D’ailleurs en passant au-dessus de Villard-Reculas nous rentrons dans un épais coton où l’on ne voit pas à 5 mètres. Les faisceaux lumineux sont reflétées par les gouttelettes, tout est flou. Un peu dur de s’orienter dans ces conditions, il faut faire confiance à celui qui nous précède. Pour moi, hasard, c’est Kevin! Cinq coureurs sont hors de vue devant, derrière nous un relayeur, Jérémy. Pas de trace de Renaud… Toujours bien trop rapides, nous essayons tout les trois de modérer notre allure. Le début de parcours est descendant, la fraîcheur et l’excitation du départ ne nous aident pas à être intelligents ! Enfin avouons qu’il est agréable de filer sans effort entre les racines et les cailloux, dans le tunnel de nos frontales. Déjà 1h de course, il est temps de manger un morceau, première barre aux noix ! Nous rattrapons un coureur, puis un deuxième. Ce bonhomme en débardeur rouge, c’est Ugo, un fantasque fanatique de trail, qui passe pratiquement tous ses week-ends sur des courses, pour courir ou pour faire son métier de speaker. Vu le niveau du «Duc de Savoie», comme il aime à se faire appeler, nous décidons avec Kevin d’arrêter là notre remontée.

Vaujany, premier ravitaillement. Kevin, Renaud et moi avons la chance de nous partager une assistance ! Je rencontre Stéphane et Mathieu qui m’encouragent, puis je retrouve Maud, qui a tout préparé sur une petite table de camping. Tout s’enchaîne à toute vitesse, un morceau de banane dans la bouche, des barres dans les poches, des flasques dans le sac et hop c’est reparti ! Quel confort, quel luxe, le gain de temps n’est pas énorme, mais revoir des têtes connues fait un sacré bien au moral.
Nous commençons à grimper vers le Lac Besson. Monter égal manger ! J’alterne entre les barres aux noix et des boules d’énergie aux dattes faites maison. Il devient difficile de se repérer dans le brouillard, une frontale devant semble se perdre en prenant le mauvais côté du lac. Heureusement Ugo a la trace du parcours sur sa montre GPS, ça nous sauve ! Nous enchaînons sur une longue portion roulante où le ciel se dégage et nous apparaît, joliment étoilé. Je profite d’une portion de route pour éteindre ma frontale et l’admirer. Mince, je n’arrive pas à trouver Neowise ! Pas de lumière devant ou derrière nous, nous sommes seuls à attaquer la descente vers Besse-en-Oisans. Ne courant pas comme d’habitude, de façon à soulager un tendon d’Achille râleur, mes quadriceps se chargent rapidement. Je chute également joliment sur la hanche. (Les barres aux noix qui se trouvaient dans ma poche ont beau avoir été aplaties, elles se déballeront sans problème, en un seul morceau et sans s’accrocher à l’emballage !) La descente se poursuit tant bien que mal, Ugo prend un peu d’avance. Arrivé au ravitaillement nous apprenons qu’il n’y a qu’un seul coureur du solo devant nous trois. Un peu de coca pour prendre soin du ventre qui commence à se plaindre et pour avoir une petite dose de caféine, et je repars aux trousses d’Ugo. Kevin nous rattrape dans la montée, Ugo est sidéré par sa vitesse (‘’c’est pas possible c’est un relayeur !’’). Sa canette de redbull lui aura donné des ailes… Las ! Les relayeurs qui nous doublerons par la suite sont bien plus rapides, nous avons significativement ralenti l’allure. Nous assistons au lever du jour depuis le plateau d’Emparis, avec une vue magnifique sur La Meije et les glaciers des Deux-Alpes. Je jubile ! Le temps est bon, le ciel est bleu, j’ai deux amis qui sont aussi bien boitilleux !

Nous ne progressons plus bien vite, nous nous relayons tout les trois pour maintenir un semblant d’allure. Ugo n’est pas trop causant, il n’est pas là pour rigoler lui… J’ai des fourmis dans les mains, les avant-bras et même la mâchoire. Ça ne m’était jamais arrivé, mais dans le doute j’enlève les manchons pour faciliter la circulation. Je bois et m’alimente aussi plus, au cas où ces fourmillements seraient les signes avant-coureurs d’une hypoglycémie. La descente n’est pas technique mais bien longue avec beaucoup de lacet. Au nouveau passage à Besse on commence à sentir la fin, plus qu’une vingtaine de kilomètre. Nous croisons les coureurs qui vont entamer la boucle que nous venons de finir, les encouragements mutuels fusent. Ugo prend le large. Kevin et moi nous remettons en route en prévoyant de finir 3ème ex-aequo.

Mais finalement nous retrouvons Ugo en point de mire et nous remettons en chasse, la deuxième place est peut-être possible ! Poussant sur nos bâtons, nous atteignons le dernier ravitaillement au moment où il le quitte. Après un arrêt fébrile nous repartons avec Kevin en nous encourageant l’un l’autre.

Hélas la motivation est là, mais les jambes… plus vraiment ! Je commence à fatiguer un peu, les quadriceps sont très douloureux en descente. Face à cette défaillance je continue à m’alimenter, et découvre avec plaisir que j’apprécie encore les barres aux noix, contrairement à mes boules d’énergie. On ne sent pas trop le sucre qu’elles contiennent, et on évite ainsi l’écœurement. Si toute la course s’est bien passée, là ça devient plus compliqué ! Kevin m’attend gentiment, tandis que je me démène pour que ne nous fassions pas rattraper. Curieuse fin, mi-joie, mi-débandade ! Enfin la dernière montée de faite. L’arrivé est proche, le corps est soulagé, mais l’esprit est mélancolique. Presque triste d’en terminer si prochainement avec cette ‘’mini-vie’’, ces 10 heures que l’effort et la fatigue nous auront fait vivre à fond, décuplant nos émotions. Ça y est, Mathieu est venu à notre rencontre en trottinant, et nous annonce qu’il nous reste moins d’un kilomètre. Nous terminons ensemble avec Kevin, nous partageant la troisième place, au grand plaisir de nos ravitailleurs ! Renaud arrive peu après, grand sourire, 8ème en ayant fait une belle remontée sur la fin.

Arrivée partagée
Le temps de manger, se doucher (bon sang que c’est bon !), d’applaudir les coureurs continuant d’arriver, de discuter avec quelques connaissances et ça y est, cette journée est déjà finie. Vivement la prochaine !

En bref pourquoi les barres aux noix :
Produit bio, et fait avec de la noix locale.
Très calorique, 510kcal pour 100g (les barres font 35g). La présence de protéines (7,3g/100g) et de fibres (2,9g/100g) est intéressante pour la pratique d’une longue course. Les protéines vont servir au niveau musculaire, et les fibres vont apporter une légère sensation de satiété.
Le potassium et le magnésium naturellement contenus dans les noix sont importants pour les efforts longs. Ces éléments, utiles à la contraction musculaire, ont tendances à être perdu par la transpiration.
Leur richesse en ‘’bons’’ lipides est également bénéfique pour combler les carences.
Praticité d’utilisation, même avec la chaleur ou après avoir été écrasées les barres se tiennent bien.
Avec les hosties les barres ne collent pas au papier.
Ne nécessitent pas de beaucoup mâcher, on peut dire qu’elles fondent dans la bouche!
C’est évident mais il est important de préciser qu’elles ont bon goût, même après 10h d’effort (test sur 30h bientôt !). On ne sent pas beaucoup le sucre, qui est souvent une cause d’écœurement après un long temps d’effort.

Comment je les utilise :
Je les réserve pour les compétitions ou les sorties un peu engagées. A l’entraînement je préfère prendre des choses que je ne peux pas facilement emmener en course : des pommes, des oranges, du pain et du chocolat… Elles sont cependant conseillées pendant l’entraînement (il est important de s’habituer !)
Je mange toutes les 40 minutes, avec des intervalles plus courts en cas d’effort intense comme une montée…
J’essaye d’alterner les barres aux noix avec d’autres choses (bananes, pruneaux, boules d’énergie aux dattes,…) pour varier. Seul ‘’défaut’’ des barres aux noix, elles ne permettent évidemment pas tout les apports en vitamines, minéraux, etc qu’il faudrait. Le super aliment n’existe pas !
En cas de problème gastrique la barre aux noix ne semble pas les aggraver, elle est de très bon secours pour continuer à garder de l’énergie. Si besoin n’en manger que la moitié.
Attention les barres aux noix peuvent un peu assécher la bouche, important de penser à bien boire (de toute façon il faut le faire!)